Lapin d’Or, lapin d’Argent :)

Les 23h de la BD, c’est fini pour cette année !
Participer en équipe, c’est beaucoup plus fun et plus encourageant 🙂 essayez !

Cette année, le thème était « Attraction Fatale », et la contrainte, le fameux Test de Bechdel !

Nous avons eu l’idée avec Ode de faire des vannes sur notre lieu de travail, qui est quasiment un lieu de vie : L’Encre de Cthulhu !

Aussi, si lui a décidé de raconter avec son humour abyssal la création du shop, j’ai pour ma part choisi d’évoquer le rêve qu’on pourrait avoir d’attirer un max de clients !

J’ai réussi à finir dans les temps, Ode pour sa part gratte le Lapin d’Argent, ce qui est tout aussi honorable car c’est dur de ne pas se décourager quand le compteur est fini.

Et aussi, n’oubliez pas de lire d’autres participations, il y a de super niveaux, de super surprises, une classe de Lycée, des pros, des amateurs pleins d’idées…
bref comme tous les ans ça reste hyper impressionnant, alors fouinez !!
Cette initiative mérite le détour 🙂

On vous laisse découvrir nos oeuvres… enfin… nos… enfin voilà hein.

La BD de Ode : 

001

Ma petite BD à moi : 

PAGE_01
Ma p’tite BD à moi

Orgueil, pick-up artist et préjugés

grunte
J’ai eu la joie, par les hasard des Internets, de tomber sur cet article raffiné.

Je vous laisse le parcourir ? Je sens que vous allez adorer, mes p’tits bouchons.
Ha, l’éternel cliché de la femme qui n’aime pas son corps…
Ha, le délicieux jugement de « l’enlaidissement » par le tatouage…
MMmh, les considérations sur la date-limite de la femelle …
Quelle joie, l’affirmation femme tatouée = femme à problème (« Tout homme expérimenté le sait »).

Hében, mon gars ! Rien que ça !

Voilà donc ce qu’est devenu ce merveilleux outil : Internet.
L’échange des savoirs est à portée de notre clic, l’échange des cultures, les découvertes enthousiasmantes, la joie d’entrer dans de nouveaux univers….
OUI MAIS NON.

Faisons-en plutôt un lieu de haine sauvage et sans limite. Offrons des tribunes au pires malades mentaux s’autoproclamant « spécialistes » d’un sujet sur lequel ils ont réfléchi au moins quatre minutes avant de prendre la plume, et laissons libre cours à nos pensées les plus infectes : elles ont leur place sur la toile magique.

Bordel de merde, qu’est-ce qui nous est arrivé ?
Je ne suis pas naïve, je sais à quel point le Net dégueule de sites malsains, de sites militant pour diverses valeurs écoeurantes.
Mais entre racistes, homophobes et masculinistes, je ne sais lequels me perturbent le plus. Peut-être ceux des mascu, car leur haine n’a d’égale que leur libido.

Réunissant dans la même essence la haine de l’autre, la haine de l’étranger, la haine de la femme et celle de l’homme considéré comme faible ou efféminé, leur vision binaire du monde qui les entoure les rend violents en paroles comme en actes.
Promettant aux hommes les plus sensibles d’apprendre « à pécho »comme un « vrai mec », ils leur apprendront seulement les ficelles grossières de relations abusives et oppressives.

Persuadés d’être dans leur bon droit, ils réclament possession complète et entière de leur femelle qui leur doit soumission, admiration, approbation permanente.
Réclamant comme un dû le statut d’être supérieur, ils clament que piétiner l’autre pour séduire est une base de relations humaines.

Terrifiés à l’idée que la société puisse simplement évoluer, leur immobilisme militant les rend vindicatifs, voire dangereux.
Ils pètent dans leur slip à l’idée que les femmes modernes ne soient pas dupes.

EUX, ce sont des VRAIS hommes.

Jugement hâtif, mépris de l’autre, rabaissement systématique de la femme (créature faible et stupide qu’il convient de mater comme un animal) : le masculiniste,  tout auréolé de son soi-disant savoir, déverse ses flots de pensées toxiques dans la direction des plus fragiles.

Si un ami vous dit qu’il a « trouvé un site avec de super conseils de séduction »… méfiez-vous.

Yum !

yumyum
Comme vous le savez tous, j’aime bouffer et surtout j’aime la pâtisserie.
Comme vous le savez aussi, je lutte depuis quelques années contre une vilaine maladie qui fait bien grossir (entre autres joyeusetés), et ça m’énerve.

Aussi, comme cette année je bouge mes fesses, je fais du sport et tout, c’est pas le moment de me ruiner le cul avec des recettes pleines de gras. Alors, après avoir écumé Pinterest (LA MEUF ORIGINALE), j’ai trouvé des recettes healthy-samère qui m’avaient l’air sympa.

J’en ai mixé certaines pour en faire un banana bread sans sucre ajouté (il y a du chocolat c’est bien assez) moelleux, nourrissant et sain, bien pour un petit dej ou un cheat healthy.
Après on va pas se mentir, ça reste un gâteau, mais le but c’était de faire un truc qui n’explose pas tous mes efforts à la première bouchée et qui fasse quand même son office de petit plaisir du dimanche !

Comme j’ai été plutôt contente du résultat, je vous propose la recette 🙂
C’est sans produits laitiers. Je pense que c’est facile à veganiser si vous avez un substitut d’oeuf !

Il vous faut :
– 3 bananes « normales » ou 6 petites (j’en avais des bio-équitables qui étaient vraiment petit gabarit, j’ai mis les 6).
– 2 oeufs
– 160g de chocolat noir
– 125g de poudre d’amande (vous pouvez aussi mettre de la coco râpée :p )
– 1 tasse de farine de votre choix (Je mesure en tasses avec un doseur américain, désolée pour ce vilain manque de précision… un mug de 200 ml me paraît bien correspondre)
– 1 sachet de levure chimique ou 2 bonnes cuillères à soupe de baking powder
– 1/2 tasse de flocons d’avoine ou son d’avoine pour un rendu plus souple et moins crunchy.

Vous pouvez pimper avec des pépites de chocolat, des noix, ou ce que vous voulez de plus sucré si ça vous tente. Un peu de cannelle ou de rhum c’est bien aussi !

Et là c’est la joie car c’est ultra facile.

Moi je fais dans cet ordre : farine avec la levure, amande, son, bien mélangés dans un doseur.
Dans un bol ou un saladier, écraser les bananes. et battre les oeufs avec. Vous pouvez jouer avec les textures, si vous aimez les bananes en morceaux ou au contraire complètement mixées.Ajouter le chocolat fondu au bain-marie ou au micro-ondes. Ajouter les farines et mélanger.

Au four à 180 dans un moule à cake.
Je n’ai pas de temps de cuisson car je fais à l’oeil et au couteau, puis ça dépend énormément de la puissance de votre four, de s’il est en chaleur tournante, etc…
Mais bon, c’est un temps classique, comptez 30 minutes environ.

Et boum !
Un healthy cake de la mort ! Il doit être moelleux et bien plein, mais pas trop compact ni étouffant.
Parfait pour le petit dej, il se congèle très bien.

C’est la première fois que je partage une recette complètement adaptée par mes soins, donc n’hésitez pas à me faire vos retours par commentaire ou pigeon voyageur !
Love et tentacules !

8 mars, humour, souvenirs et milite.

Bref, c’est le 8 mars.

Bien des gens se sont déjà évertués à rappeler à Facebook et au reste du monde que cette journée est celle des droits des femmes et non celles des petites culottes en promo et des roses rouges.

Ca semble vaguement acquis, sauf dans les centres commerciaux.

Aujourd’hui, j’ai viré de mes contacts deux personnes profitant de la journée pour faire des blagues sur Bertrand Cantat. Chacun ses limites, me direz-vous.
Aujourd’hui j’ai expliqué poliment à quelqu’un pourquoi la minijupe n’était pas anti-féministe.

Aujourd’hui j’ai lu un article intéressant sur http://jeconnaisunvioleur.tumblr.com/
Ca m’a rappelé des souvenirs.

Des souvenirs glauques, une plainte et un non-lieu. Un vainqueur paradant, pouvant à présent attester de ma défaite et donc de ma très probable folie, pouvant brandir son innocence à qui en voulait. Je vous en parlerai un autre jour, sans doute.

Bref, c’est le 8 mars, j’ai fait des petits dessins et je me suis fait tatouer une tête de bouc.
Amour et tentacules.

123alienSPhotoEditor-20180308_211135

Le client est roi – 04

ausecours_004

Alors là, on est sur un cas d’école.
OUI, c’est vrai, Google référence régulièrement les shops de tattoo et les shops de piercing dans la catégorie « Tattoo-Piercing », ce qui explique la confusion, toute naturelle.

MAIS…. Quand on vous dit, au téléphone ou en face, que malheureusement nous ne proposons pas cette prestation, à quel moment exactement imaginez-vous que l’on vous ment par plaisir ?
Comment ça « VOUS ETES SURS » ? Oui, on est plutôt sûrs, justement ! Le piercing c’est un autre métier, un métier formidable d’ailleurs, que j’aimerais même plutôt bien apprendre … mais ça, c’est une toute autre histoire, dans une autre vie 😉

Ce qui est drôle c’est qu’on vous imagine mal aller voir votre boulanger et lui dire « Vous vendez du jambon ? Non ? Vraiment ? Sûr sûr ? Non parce que vous vendez des sandwichs, du coup c’est un peu pareil … ? Vraiment, vous n’avez pas un petit jambon dans l’arrière boutique ? Allez quoi… vite fait, une tranchette !! ».

(Décidément les métaphores pâtissières me fascinent).
Bref, on fait pas de piercing.

On vous aime quand même !
Love et tentacules.