Moment Culture – Arthur Rackham

Arthur Rackham est un monument de l’imagerie fantastique. Ses oeuvres, réalisées à l’encre avec une point très fine, puis teintées d’une aquarelle légère et puissante, se reconnaissent au premier coup d’oeil. Mais sa biographie reste peu connue du grand public.

Rackham est né à Londres dans une famille qui compte douze enfants. À 18 ans, il travaille comme employé au « Westminster Fire Office » et commence à étudier à l’École d’Art de Lambeth. En 1888 il expose à la Royal Academy comme aquarelliste, mais à l’époque, son style n’est pas encore complètement défini. Il illustre avec brio des scènes de la vie champêtre, parfois avec humour aussi. Sa plume est déjà très fine, mais il n’a pas encore défini le style fantastique qui le fera connaître dans le monde entier.

En 1892 il quitte son poste d’employé et commence à travailler comme journaliste et illustrateur pour l’hebdomadaire Westminster Budget. Son premier recueil d’illustrations est publié en 1893. Dès lors, le succès est au rendez-vous. Selon Wikipedia :  » La première manifestation de son goût pour une certaine préciosité trouvera son expression dans l’édition illustrée de The Dolly Dialogues, d’Anthony Hope, en 1894. »

De Shakespeare à Lewis Carroll, des contes nordiques aux légendes Arthuriennes, la finesse de son style et la richesse des détails qu’il est capable d’apporter à un sujet rendent son oeuvre impressionnante et admirée dans le monde entier.

Ses illustrations les plus icôniques sont sans nul doute celles de « Alice au pays des Merveilles » et « Alice à travers le miroir », qui s’harmonisent parfaitement avec l’univers onirique, décalé et parfois dérangeant de l’oeuvre de Lewis Carroll.

Rackham gagne la médaille d’or à l’exposition universelle de Milan en 1906, reconnaissance suprême de la qualité de son travail.

Ses œuvres font l’objet de nombreuses expositions, notamment au Louvre (Paris) en 1914. Membre de la Royal Watercolour Society, il est nommé Maître de l’Art Workers’ Guild en 1919.

Il fut également un collaborateur du magazine pour enfants Little Folks.
Arthur Rackham est décédé en 1939.

Il marque à jamais le monde de l’illustration par son interprétation puissante de contes pour enfants tout comme de légendes épiques. Il apporte par la finesse d’un style presque préraphaélite une qualité incroyable et une vision nouvelle des univers de l’imaginaire.

Merci, Monsieur Rackham !

L’Atelier Lunaire


Une petite folie de confinement !
Ce très joli cristal Swarowski a été monté sur un apprêt sans nickel fabriqué en Lituanie.
Des reflets partout ! Ca me rappelle le gros prisme en cristal qui était posé sur le buffet. A la réflexion, je me demande qui avait pu offrir cela à ma mère… ? J’étais fascinée par ses mille reflets arc-en-ciel.
Me voilà parée d’une vraie bague de diseuse de bonne aventure !

J’ai acheté cette création unique dans la jolie boutique ‘L’Atelier Lunaire’ (boutique sur Facebook en attendant la création du site !)

Sandy est adorable, elle pratique des prix très raisonnables et ses créations sont souvent uniques, de très bonne facture.
Soutenez les petits créateurs, qui en ont plus que jamais besoin !

Interview : Renaud Bouet

sous-bois2

– Peux-tu te présenter en quelques mots : toi, ton parcours si tu en as envie, ton travail … ? Je suis illustrateur et surtout décorateur en animation, c’est-à-dire que je m’occupe de la conception des décors (au trait, étape qui précède la mise en couleurs) de certaines séries animées ou de longs-métrages. Je travaille soit seul (conception de lieux en m’appuyant sur les scénarii), soit avec une petite équipe (fabrication des décors après le storyboard, étape appelée layout). Je n’ai pas fait d’école spécifique mais ai suivi les cours du soir d’une école régionale de Beaux-Arts, de la 6ème à la terminale. j’ai travaillé ensuite quelques années dans une agence de publicité avant de me ré-orienter vers le dessin animé. Je me suis formé « sur le tas », occupant différents postes, d’une production à l’autre, au fil des années. Le projet qui m’occupe en ce moment est un long-métrage en 2D, « Princesse Dragon ». Comme je l’ai dit plus haut, nous fabriquons tout les décors du film avec mon équipe.

– Si tu devais résumer ton art en 3 mots :
Concentration, patience, précision

– Tu as des techniques de prédilection ?
Disons que lorsque je travaille pour moi ou bien pour une illustration de commande, j’aime travailler à la plume et à l’encre de chine. C’est vraiment mon instrument de prédilection, avec le crayon de papier, bien sûr. Mais dans le cadre d’une production, je m’adapte à l’outil (crayon, feutre-pinceau, stylet et tablette graphique, etc…)

renaud

 

– Qui sont tes inspirations majeures, tes mentors ?
Le terme « mentor » est peut-être un peu fort, mais il est vrai que je suis un admirateur, un fan, de Philippe Druillet depuis très longtemps. Il a été c’est sûr, une grande source d’inspiration pour moi, à un âge où on commence à pressentir la direction professionnelle qu’on a envie de prendre. Autour de 14/16 ans. Mais, côté BD toujours, deux autres dessinateurs ont été très importants pour moi, Jean-Marc Loro et Magnus. Ah, et Jean-Claude Forest aussi. Et Toppi, Battaglia, Jesus Blasco, Yoshitaka Amano, Berni Wrightson, etc, etc… Bref, la liste est très longue.
– As-tu des goûts (musicaux, cinéma, séries, art… ) en adéquation avec ton art, ou au contraire as-tu des goûts à l’opposé de ce que tu produis ?
J’écoute beaucoup de musique lorsque je travaille. Ça m’inspire. Ça va du Doom ( en ce moment, Moonskin) au pagan black metal (les russes Arkona), en passant par le Drone (Eliane Radigue), le folk, la pop, la variété française. C’est forcément toujours en adéquation.
– Un petit plaisir « honteux » ?
Qu’est-ce qu’on appelle « honteux » ? En général j’assume ce que j’aime. Les films qui finissent bien, les comédies romantiques, certains shojo (comme « Bloom into you »), les chansons d’amour sans prétention.
– Quel personnage historique ou artiste (vivant ou non) aurais-tu rêvé de rencontrer ? Vous auriez parlé de quoi ?
Il y a des personnages historiques que j’aime. Je me plais à penser que j’aurais aimé les suivre, servir leur cause, mais en même temps, c’est peut-être un peu présomptueux. Je pense au général Charette, à Jacques Cathelineau, à Jean Chouan, et avant tout à Jeanne. d’Arc. Dans un ordre d’idée différent j’aurais aimé croiser Nietzsche, Jean Cocteau, Antonin Artaud.
– Est-ce qu’il y a des thèmes que tu t’interdis, artistiquement ? Une limite que tu te fixes ?
J’aurais du mal à dessiner des choses trop « gore », même si je l’ai fait, au moins deux fois, pour une pochette de disque et le flyer d’un groupe de black metal. Je ne pourrais plus maintenant, je crois. De la même manière, n’ayant pas une grande conscience politique, je ne me mettrai pas au service d’une idéologie dans ce domaine.
– Que penses-tu du système actuel de visibilité des artistes ? Plutôt réseaux sociaux ou bouche à oreille et associatif ?
Je pense effectivement qu’aujourd’hui, les réseaux sociaux sont un bon moyen pour les artistes d’acquérir de la visibilité.
 

moleskine-versailles2

Sur une île déserte tu emportes…

Une musique ?
Une seule musique c’est difficile. Je dirais l’album « The man who sold the world » de David Bowie, mais aussi la chanson « Be my baby » des Ronettes, et « I only want to be with you » de Dusty Springfield.
Un tableau?
Une oeuvre expressioniste abstraite, de Sam Francis, Joan Mitchell ou Jackson Pollock, au choix.
Un film ?
Orphée, de Jean Cocteau, le magicien d’Oz, de Victor Fleming. BD: Yragaël ou la fin des temps, de Philippe Druillet.
Un livre ?
Au moins 3: Dracula, de Bram Stoker, La châteleine de Wildfell Hall, par Anne Brontë, Sarn, par Mary Webb. Et aussi de la poésie. Tout Emily Dickinson, par exemple.
Un animal ?
Pas d’animal. J’aime trop les gens, je ne peux pas consacrer du temps à un animal. Même si je suis tout seul, tant pis. Et en plus, je suis ailurophobe.

Un Challenge pour nos lecteurs ?
J’aime beaucoup dessiner la nature, et les forêts en particulier. J’aimerais bien voir d’autres interprétations d’arbres par les lecteurs !

Le blog, http://renaudb.blogspot.com
Le site: http://renaudbouet.fr
Instagram :  Renaud Bouet

Interview – Laurence Péguy

laurencepeguy2https://www.facebook.com/laurencepeguyart

– Peux-tu te présenter en quelques mots : toi, ton parcours si tu en as envie, ton travail … ?
– Je dessine depuis ma plus tendre enfance et je n’ai jamais lâché les crayons. J’ai donc fait mes études post bac à l’école Emile Cohl et je suis partie travailler à l’étranger pour me perfectionner en anglais et voir du pays ( USA, Irlande, Angleterre ) j’ai eu l’opportunité de travailler sur des projets tels que Golden Compass, Monstre à Paris, The Lorax, Croc Blanc, Sahara… et je dessine toujours à côté dans univers qui me plaisent : Harry Potter, du fantastique à la Tim Burton … Je participe à des évènements tels que Japan Expo, Polymanga, Trolls et Légendes…

laurencepeguy1

– Si tu devais résumer ton art en 3 mots :
Ombre, lumières et protéiforme (merci Ben!)

– Tu as des techniques de prédilection ?
J’aime les techniques dites traditionnelles car j’aime le ressenti qu’elles procurent, la sensation du pinceau entre les doigts, le frottement du pinceau sur le papier, les odeurs, les ratés… je pratique beaucoup l’aquarelle, pour son côté pratique, pas besoins de beaucoup d’espace et pas d’odeurs. L’acrylique ensuite pour le côté rapide de séchage et peu d’odeurs. Récemment je me suis mis à la peinture coréenne, qui ressemble fortement à la gouache avec plus de pigments. Je pratique également la peinture numérique pour le côté très rapide et pratique. Pour moi toutes les techniques sont intéressantes.

– Qui sont tes inspirations majeures, tes mentors ?
J’ai pas mal d’inspirations : les Préraphaélites, Sergent, Burnes Jones, Mucha et tant d’autres …

– As-tu des goûts (musicaux, cinéma, séries, art… ) en adéquation avec ton art, ou au contraire as-tu des goûts à l’opposé de ce que tu produis ?
Lorsque je peins j’aime écouter de la musique, très inspirant. J’ai des goût assez éclectiques : Björk, Sigur Ross, Radiohead, Massive Attack, Goldfrapp, …

Les films de Tim Burton sont très inspirants ! D’ailleurs ça se voit dans la plupart de mes illustrations 🙂

– Quel personnage historique ou artiste (vivant ou non) aurais-tu rêvé de rencontrer ? Vous auriez parlé de quoi ?
J’aurais rêver de rencontrer Alan Rickman, un acteur de génie et discuter avec lui de peinture car il a été au Royal College of Art à Londres me semble-il.

– Est-ce qu’il y a des thèmes que tu t’interdis, artistiquement ? Une limite que tu te fixes ?
Je ne m’interdit pas de thème en particulier mais je ne fais pas ce qui m’intéresse pas comme la pornographie, la religion ou l’horreur…

– Que penses-tu du système actuel de visibilité des artistes ? Plutôt réseaux sociaux ou bouche à oreille et associatif ?
Aujourd’hui avec les réseaux sociaux, tout va plus vite pour se faire connaître mais je trouve ça chronophage. Personnellement je n’ai pas une grosse communauté car je n’ai pas le temps de publier tout le temps des nouveautés. Je n’ai pas instagram, trop chronophage…

– Question cliché, mais qui plaît toujours : petite liste pour île déserte…
Une musique ?
Nodjet de Björk

Un tableau ?
Lady of Shaalot de Waterhouse

Une oeuvre cinéma ou série ?
Les films de Tim Burton, sauf la Planet of the Apes

Une BD ?
Dracula de Croci

Un livre ?
Sabriel de Garth Nix

Un animal ?
un chien

Pour terminer, as-tu un challenge pour nos lecteurs ? Un « Draw this in your style », un « dessine-moi un mouton », etc ?
Challenge : Dessine moi un Rogue ! Et envoyez-les à https://www.facebook.com/laurencepeguyart

Interview – Plumes et Crocs

36372438_2220435714638578_7887722029107904512_o51206965_2560889853926494_2084639330042642432_o

Découvrez le travail de Plumes et Crocs sur son site, Facebook & Instagram

Bonjour ! – Peux-tu te présenter en quelques mots : toi, ton parcours si tu en as envie, ton travail … ?
J’ai commencé à dessiner à mon entrée en maternelle (du moins c’est le premier souvenir que j’en ai), je n’ai jamais vraiment arrêté ensuite. J’ai passé un bac pro de graphiste, puis j’ai intégré l’école Pivaut de Nantes. Aujourd’hui j’essaie d’appliquer ce que j’ai appris au fil du temps pour créer des univers cohérents. Des peintures rappellent le roman que j’écris, des parties du roman sont transcrites en peintures. J’aime l’idée de transmission du savoir, je cherche donc régulièrement des savoirs inconnus en discutant avec des artistes chevronnés, et enseigne volontiers à de jeunes artistes ce que je peux leur apprendre.

– Si tu devais résumer ton art en 3 mots : Plumes, écailles, crocs.

– Tu as des techniques de prédilection ?
En ce moment, je me redécouvre une passion pour la gouache, que j’utilisais plutôt comme rehaut pour l’aquarelle. J’ai une nette préférence pour les techniques aqueuses : gouache, donc, aquarelle et encres. J’aime beaucoup le médium acrylique également, que je travaille souvent en relief, les peintures métallisées ressortent régulièrement dans mes travaux, ainsi que l’encre de Chine à la plume ou au pinceau.

– Qui sont tes inspirations majeures, tes mentors ?
J’ai grandi avec des BD de Science-fiction principalement (Moebius par exemple, les séries de l’Incal etc), des bandes dessinées satyriques : (Franquin, Gotlib), et de fantasy ensuite, notamment Les Chroniques de la Lune Noire, de Ledroit et Froideval, sans oublier le maître incontestable de la gravure : Gustave Doré. Mon trait aujourd’hui est largement influencé par leur travail. Je considère leurs oeuvres comme un idéal à atteindre et ils sont en quelque sorte mes mentors.

– As-tu des goûts (musicaux, cinéma, séries, art… ) en adéquation avec ton art, ou au contraire as-tu des goûts à l’opposé de ce que tu produis ?
Mes goûts culturels sont assez variés, même s’ils tendent plutôt vers les univers gothiques, punk et metal (en films comme en littérature en passant par la musique et les bandes dessinées), j’aime également les univers japonais, du manga au estampes anciennes. Le tout s’en ressent sur mon travail à divers degrés.

– Avoues-tu un petit plaisir honteux, artistiquement parlant ?
La table claire, c’est tellement pratique et ça me gagne tellement de temps même si ça s’oppose à l’idée du dessin « laborieux » qui m’a été transmise.

– Quel personnage historique ou artiste (vivant ou non) aurais-tu rêvé de rencontrer ? Vous auriez parlé de quoi ?
Mary Shelley, je lui aurais demandé comment elle a réussi à braver les lourds interdits de son époque pour mener à bien son oeuvre.

– Est-ce qu’il y a des thèmes que tu t’interdis, artistiquement ? Une limite que tu te fixes ?
Je ne me moque pas de minorités, je n’utilise pas de ressorts oppressifs si je peux les éviter. Je mise sur le travail acharné plutôt que sur des techniques de raccourcis.

– Que penses-tu du système actuel de visibilité des artistes ? Plutôt réseaux sociaux ou bouche à oreille et associatif ?
Je dirais, un peu à contrecourant j’imagine, que la visibilité des artistes n’a sans doute jamais été aussi forte qu’à l’ère des réseaux sociaux. Evidemment, cette visibilité n’est pas équitable ni proportionnelle au talent, mais c’est une autre histoire. Je pense que tout ce qui peut être utilisé pour faire connaître (légalement ^^) son travail est bon à prendre.

– Question cliché, mais qui plaît toujours : petite liste pour île déserte…
Une musique ?
La BOde Castlevania Lord of Shadow.
Un tableau ?
Satan dans le paradis perdu, de Gustave Doré.
Une oeuvre cinéma ou série ?
Les Batmande Tim Burton.
Une BD ?
Les Chroniques de la Lune Noire.
Un livre ?
L’Assassin Royal, de Robin Hobb.
Un animal ?
Une perruche nommée Pool et spécifiquement celle-ci.
Pour terminer, as-tu un challenge pour nos lecteurs ? Un « Draw this in your style », un « dessine-moi un mouton », etc ?
Oui, j’aimerais bien un draw this in your style!
Voici l’oeuvre que vous pouvez redessiner en taggant @plumesetcrocs sur Facebook et Instagram !
Draw this Shiba in your Style 🙂
plumesetcrocs

Interview – Bakarau

bakarau

– Peux-tu te présenter en quelques mots : toi, ton parcours si tu en as envie, ton travail … ?
Je suis Cynthia, je m’amuse à dessiner sous le pseudo Bakarau. Je suis particulièrement intéressée par l’animation et la BD, j’ai d’ailleurs une BD sur une femme cachant son identité pour soigner des gens dans le moyen âge classique que je poste sur mangadraft. J’ai aussi une chaine Youtube ou je pose des reflexions sur fond de timelapse de mes dessins et des tutos parfois.
Niveau parcours, je suis autodidacte en art. J’ai fait des etudes d’ingénieur (donc 5 ans a fait de la science) et je suis maintenant ingénieur test et validation dans une petite boîte de capteurs LAPI.

– Si tu devais résumer ton art en 3 mots :
Dynamique, coloré, inconstant ? Je ne sais pas faire de choix haha.

– Tu as des techniques de prédilection ?
Je mettrais le digital en premier, le crayon de couleur en deuxième (mais je ne fais que des croquis avec) et l’aquarelle en numéro 3.

– Qui sont tes inspirations majeures, tes mentors ?
Pas mal des mes amis, je pique un peu à tout le monde. Actuellement, Luala Dy (https://www.deviantart.com/lualady/gallery) fait parti des personnes qui me dirigent le plus vers l’amélioration mais j’aimerais trouver un mentor dans la BD pour me recentrer sur ce qui m’a fait dessiner en premier.
Mon premier coup de cœur a été l’animation, DreamWorks est mon studio de cœur pour ses films 2D.

– As-tu des goûts (musicaux, cinéma, séries, art… ) en adéquation avec ton art, ou au contraire as-tu des goûts à l’opposé de ce que tu produis ?
J’ai pas de goût spécialement en lien avec mon art xD disons que j’aime l’Histoire avec un grand H et la mode ainsi mon art s’en ressent.

– Avoues-tu un petit plaisir honteux, artistiquement parlant ?
Je n’ai aucune honte èvé

– Quel personnage historique ou artiste (vivant ou non) aurais-tu rêvé de rencontrer ? Vous auriez parlé de quoi ?
Je suis trop timide pour cette question mais j’aurais bien eu envie d’être le biographe de Micheal Ange xD

– Est-ce qu’il y a des thèmes que tu t’interdis, artistiquement ? Une limite que tu te fixes ?
J’essaie depuis très longtemps de ne pas inventer sans avoir une base réelle derrière. Genre si une tenue me vient en tête et qu’elle est impossible en couture je la modifie jusqu’à ce qu’elle soit possible. Je me libère un peu plus pour les poses mais j’ai du mal à exagéré comme dans un film des débuts de l’animation avant blanche neige.

– Que penses-tu du système actuel de visibilité des artistes ? Plutôt réseaux sociaux ou bouche à oreille et associatif ?
Je pense que le bouche à oreille est plus efficace que tout le reste car c’est un conseil direct. Globalement je trouve qu’il y a trop de monde sur terre pour avoir une chance.

– Question cliché, mais qui plaît toujours : petite liste pour île déserte…
En théorie sur une île deserte je penserais avant tout à apporter de quoi manger mais on va faire genre je suis pas ce genre de persone xD
Une musique ?
L’ost de Spirit, stalion of the Cimarron
J’aurais aimé l’ost du Prince d’Égypte aussi selon la saison
Un tableau ?
Le tableau imprimé d’un de mes dessins de sorcière accroché à mon salon
Une oeuvre cinéma ou série ?
Les Kung fu Panda de Dreamworks
Ou The emperor’s new groove mais c’est plutôt court
Une BD ?
La théorie du gain de sable par Benoit Peeters et François Schuiten
D’ailleurs le frère de monsieur François est architecte et il avait un concept de ville solar punk je trouve ça génial !
Un livre ?
Le Germinalde Zola
Un animal ?
Mon requin en peluche.

Pour terminer, as-tu un challenge pour nos lecteurs ? Un « Draw this in your style », un « dessine-moi un mouton », etc ?
Haha pas vraiment de défi mais si jamais vous ne connaissez pas les Atc/aceo https://youtu.be/QCwwzm6Qtww je vous laisse découvrir et en faire pour échanger ! Je vous défi d’en envoyer au moins 5 cette année 2020

Découvrez le travail de Bakarau sur Instagram et Youtube !