Witchtober !

Comme tous les ans le challenge est de mise et comme tous les ans, je publie en retard.

Cette année je vous propose 31 « flashs » tattoo que vous pourrez vous faire tatouer sans rendez-vous lors d’une journée spéciale, le samedi 30 octobre. Mais attention, pas de réservation : premier arrivé, premier tatoué !

Voici ma liste et les premiers dessins.

Exposition !

J’expose actuellement ces 3 toiles chez L’encre de Cthulhu, 75 rue Claude Decaen à Paris.

La première « Laugh Now Cry Later » est une expérience de matières et de textures sur un thème classique du théâtre et du tatouage.

La deuxième « Dearg Due » a été réalisée dans le cadre des Curieuses Expositions et exposée déjà dans plusieurs galeries, elle revient aujourd’hui vers moi !
Elle représente la vampire des landes d’Irlande, jeune fille sacrifiée par son père qui la maria de force à un bourreau pour obtenir une dot. Elle mourut de désespoir et de mauvais traitement, et revint se venger des hommes qui l’avaient brisée.
J’aime ce personnage pour sa force vengeresse. Contrairement à de nombreux monstres de légende, elle a une raison de réclamer du sang, et je trouve cela trop rare !

La troisième, un grand format, « Sorcière Rouge », est une déclinaison de la figure sacrée féminine ainsi que de la sorcière au sens large dans la culture Païenne.

N’hésitez pas à me demander des précisions !

Flashs tattoo : légendes d’Asie – 2

Toute enflammée par les ailes de ma douce Tennyo, j’avais envie de continuer.à personnifier les symboles. Les plus connus des mythologies asiatiques.
Voici donc Suzaku, l’Oiseau Vermillon de l’Eté, l’élément Feu, souvent confondu avec le phénix, et ici sous forme humaine.
Ce flash fut un vrai bonheur à dessiner et j’espère sincèrement l’encrer sur un.e passionnée.e de cultures asiatiques !
Les autres éléments/saisons suivront prochainement, mais pas forcément dans l’ordre. Je me disperse en restant concentrée sur un thème… je n’arriverai jamais à travailler autrement. 😉

Série flash tattoo : Légendes d’Asie

Tout à commencé par un vieux dessin retrouvé dans un carton. Une demande d’une cliente qui ne s’est pas concrétisée. Cela arrive parfois…

Mais je trouvais triste de laisser cette Tennyo-phénix en berne, sans perspective d’avenir. Je l’ai modifiée en Tennyo-Paon. Les Tennyo sont des créatures japonaises du folklore traditionnel. Ce sont des femmes-grues, symboles de pureté et de féminité.

Je pense dessiner la version traditionnelle prochainement..; Mais en attendant, je me lance dans une série de dessins sur les légendes d’Asie. Vos suggestions sont les bienvenues !

Tattoo flash : Vanité.

Pour plus de fluidité, je vais numéroter mes flashs #tattoo.
Motif n.1 « Vanité »
La vanité est un motif intemporel, présent à travers l’art depuis des siècles. Représentant la fragilité de la vie et le cycle immuable des années, le crâne est souvent associé à des symboles d’espoir comme les fleurs ou les bougies. Tout est vanité, « Mémento Mori », souviens toi que tu vas mourir.
Mais on peut aussi interpréter ce motif comme une célébration de la valeur de la vie en tant que merveille éphémère et en tirer le meilleur !
💀🌸

Renaissance.

An amzer a dro, an Ankou a Sko.

Un an. Ironiquement, par les hasards les plus fous, un an précisément, pas un seul jour de plus.
Il y a un an, ma vie basculait dans un puits d’angoisse et de terreur.

Tout a été détruit.
La fermeture en urgence de notre local, la perte de notre logement. Vider le shop en urgence, à l’arrache, pour stocker en vrac chez un copain, sous des bâches. Vider l’appartement, en urgence, en donnant beaucoup d’objets, de meubles, de vêtements, et en jetant tout le reste. Rendre les clés. Pleurer.
La violence des efforts physiques et le stress déclenchent un accouchement prématuré. Beaucoup de peur, un peu de mal, quelques séquelles. De l’amour. De la joie, enfin.

Un bilan de nos dettes. Un bilan de mes options. Pas vraiment le choix. Il faut tenir. Il faut reconstruire. J’ai bien cru ne jamais plus en avoir envie. Mais que faire avec un CV à présent vide, un bébé, et une crise qui s’amorce ?

Un confinement qui retarde tout. Un crowdfunding qui remonte le moral, grâce au merveilleux soutien de fidèles clients si enthousiastes, si gentils, si présents.

De nouvelles dettes, bien sûr. Mais tant de projets, tant de rendez-vous, et tout ce matériel en cartons qui n’attend plus que de retrouver sa place sur nos vieux meubles.

Un nouveau jeu de clés. Une nouvelle adresse.
Un nouveau plan de remboursement. L’espoir, enfin, de survivre et de reconstruire un avenir.

❤ Merci à tous.

Illustrations – Concours d’écriture « Cthulhu »

Illu_alexandrin

illu_histoire_cthulhu

Toujours pour animer un confinement morne, nous avions décidé de proposer des petits concours d’écriture impromptus.
L’un en alexandrins, sur l’univers de Lovecraft, l’autre sans limite de style, sur le thème « Racontez votre rencontre avec Cthulhu ».

J’ai choisi d’illustrer les deux oeuvres gagnantes par des montages photo, un média sympathique qui change un peu de mes productions habituelles.

Les images sources qui ont servi à ces productions sont libres de droits et proviennent de l’excellent site freepik.com. ( Je précise pour les pinailleurs et les haters qu’elles ne sont pas toutes gratuites, en effet je paye un abonnement à ce site pour pouvoir en utiliser les ressources.)

Un financement participatif ?

FONDINSTA
La page Ulule de L’Encre de Cthulhu

Un financement participatif c’est quoi ? 
C’est un financement (crowdfunding) fait part des particuliers, en échange de lots divers selon des paliers de contreparties.
Quelle est la différence entre une cagnotte et un crowdfunding?
Une cagnotte est une demande de financement groupé, où les contributeurs donnent de l’argent sans contrepartie.
Un crowdfunding est une demande de financement groupé où chaque contributeur reçoit des cadeaux à la hauteur de sa participation.
Pourquoi choisir ce mode de financement ?
Tout d’abord, souvent, quand c’est la seule possibilité. Quand les banques sont trop frileuses pour soutenir ou prêter sur un projet trop alternatif, trop particulier.
Quand on n’a pas dans sa poche ni sous son matelas les moyens nécessaires à la réalisation d’un projet.

Des détails ?
L’Encre de Cthulhu était un petit salon de tatouage dans Paris 12e, déjà ouvert grâce à un premier crowdfunding en 2014. Il paraît qu’il faut 3 ans pour stabiliser un business, c’est sans doute vrai, s’il ne subit pas des péripéties en cascade. 2016 avait été marqué par un premier dégât des eaux qui nous avait coûté très cher. Quand les assurances nous ont enfin indemnisés, cela a été immédiatement absorbé par les retards de loyer accumulés à cause des pertes financières dûes à ce dégât (rendez-vous annulés, etc.. )
On remontait la pente, petit à petit, avec en 2018, enfin une année en bilan positif, et plein de projets en tête.
2019.
2 nouveaux dégâts des eaux. Plus graves. Fermeture des box.
Les pertes s’aggravent.
Le propriétaire décide de se lancer dans une bataille administrative sans fin. Les 3 immeubles attenant le shop se font à présent la guerre à la responsabilité, pour un toit qui touche les 3 parties.
Moi, je suis enceinte, et je dois me préparer à partir en congé mater.
Mes collègues décident de ne pas rester au shop. Il n’y a donc plus personne pour tenir l’activité.

Nous rendons les clés de la boutique. Nous avons tout perdu.

Les bijoux, les objets, tout est en cartons. 5 ans de travail acharné dans quelques mètres carrés, les meubles, la déco, toute notre vie.
Je fais mon bilan personnel. Ai-je vraiment envie de rester dans un métier si dur, où tous les coups sont permis ?

Je pense aussi aux rencontres de ces 5 ans. Les clients, enthousiastes, créatifs. Les artistes, les merveilleuses rencontres. Les vernissages, les moments de rire, les salons, les innombrables talents, les créateurs, les objets magiques qui ornaient notre quotidien.

De plus, il faut être honnête : nous sommes encore endettés. Nous devons de l’argent à des investisseurs, qui nous ont fait confiance.
Déposer le bilan, ce serait trahir tout cela. Ce serait jeter aux ordures 5 ans de notre vie, 5 ans de rencontres formidables et de moments merveilleux.

Alors on se relève les manches.
Encore une fois.

J’ai mis tout mon coeur dans les dessins qui orneront les contreparties que nous vous offrons. J’espère qu’elles vous plairont. Pleins d’espoir et de motivations, nous relançons la machine, en espérant qu’elle roule vers des jours meilleurs !